Cet extrait est tiré du discours du Président M. Julius Nyerere, de la République Unie de Tanzanie,  prononcé à l'occasion d'un séminaire sur l'éducation dans les pays d'Afrique organisé en mai 1974.

 

 

                                             L’éducation est une libération de l’homme.

 

 

  Et je crois que le point sur lequel nous devons insister peut s'énoncer très simplement : le but essentiel de l'éducation est la libération de l'homme.

 

« Se libérer » c'est « se libérer de quelque chose ». Toute libération suppose la suppression de certaines entraves1 à la liberté : elle peut donc se réaliser par degrés et suivre un certain processus2.  Supposons par exemple qu'un homme réussisse à dégager ses poignets et à libérer ses bras : il peut se servir de ses mains pour libérer ses pieds de leurs fers. Mais l'homme peut être physiquement libre et rester dans les fers si son esprit subit la contrainte d'habitudes et de comportements qui limitent ses possibilités d'être humain.

 

   L'éducation doit libérer à la fois l'esprit et le corps de l'homme. Elle doit en faire un être humain au plein sens du terme, en lui faisant prendre conscience de ses possibilités d'homme et en lui permettant d'être en rapport harmonieux et vivifiant3 avec lui-même, comme avec ses voisins et son environnement. L'éducation doit donc mettre l'homme en mesure de se débarrasser des entraves à sa liberté qui l'empêchent de parvenir au plein épanouissement de ses facultés physiques et mentales. Il s'agit d'acquérir à la fois certaines attitudes et certaines compétences. L'éducation est incomplète si elle apprend à l'homme à élaborer des projets savants de paix universelle sans lui enseigner les moyens de nourrir convenablement et sa famille et lui-même. Elle est également incomplète et stérile4 si elle se borne5 à lui enseigner la façon de fabriquer des outils et de s'en servir habituellement, et si elle néglige sa personnalité et ses relations avec ses semblables.

                                                                                                                       

                                               M. Julius K. Nyerere. Extrait de « Perspectives » Unesco 1975.

 

1.  Liens, obstacles à la liberté. 2. Développement fait par étapes. 3. Le rendant plus vif, plus actif. 

4. Non productive. 5. Se limite à.

 

Compréhension.

 

1.  Expliquez d’après les deux derniers paragraphes comment l’éducation permet de libérer le corps et l’esprit de l’homme.                                                                                                                          3 points

 

2. Que veut démontrer le président Nyerere à travers l’exemple qu’il a introduit à la troisième ligne du deuxième paragraphe du texte :   « Supposons par exemple …. fers.» ?                                         2 points

 

3. Relevez dans la dernière phrase du texte un procédé d’écriture employé par l’auteur en parlant du rôle de l’éducation. Que veut – il exprimer par ce procédé ?                                                                  2 points


Langue.

 

1.  Donnez deux synonymes du mot tracé dans cette expression figurant dans la cinquième ligne du deuxième  paragraphe du texte : « rester dans les fers»                                                                      1 point                                                                                                                                           

 

2. a. Réécrivez cette phrase du texte en nominalisant le verbe tracé et en apportant les transformations nécessaires : « Il s'agit d'acquérir à la fois certaines attitudes et certaines compétences »

 

     b. À quoi sert donc la nominalisation ?                                                                                          2 points

 

Essai.

 

        André Gide a dit dans Journal (1889-1939) : « l'éducation est une émancipation. » Partagez – vous son opinion ? Appuyez votre point de vue par des arguments et des exemples précis.                   10 points

 

( Émancipation veut dire  libération )

 

 

 

 

Correction du devoir.

 

Compréhension.

 

1.  L’éducation permet de libérer le corps de l’individu en le débarrassant de ce qui empêche l’ « épanoui- ssement de ses facultés physiques », c’est – à – dire l’inactivité. Ainsi, le sport, appelé aussi éducation physique développera les muscles, dotera l’athlète d’un corps sain qui favorisera son bien - être et sa participation efficacement à la vie active. En plus, l’éducation évitera à l’esprit de subir les «  contraintes d’habitudes et de comportements qui limitent ses possibilités d'être humain » de sorte que les superstitions, les fausses idées et les mauvaises traditions ne constitueront aucunement des obstacles  à son développement.

 

2. L‘exemple cité au deuxième paragraphe permet au président Nyerere de démontrer que la libération par l’éducation ne se réalise pas d’un seul coup, qu’elle demande un certain temps et qu’elle doit se faire selon un processus rationnel en respectant certaines étapes. Il a dit : « elle peut donc se réaliser par degrés et suivre un certain processus »

 

3. En parlant du rôle de l’éducation, l’auteur a employé le procédé de la personnification de l’éducation, de la métaphore en affirmant qu’elle s’avérera « stérile si elle se borne5 à lui enseigner la façon de fabriquer des outils et de s'en servir habituellement, et si elle néglige sa personnalité et ses relations avec ses semblables. » Donc, elle ne peut être féconde et donner ses fruits que lorsqu’elle l’aidera à survivre, à forger sa personnalité et avoir de bonnes relations avec ses semblables.

 

Langue.

 

1.  Dans les fers : dans la servitude, l’esclavage.

 

2. a.   Il s’agit de l’acquisition de certaines attitudes et  certaines compétences.

 

    b.   La nominalisation sert exprimer la phrase d’une autre façon en substantivant le verbe.

 

 

 

Make a free website with Yola