La libération de la femme.

 

   J'ai entendu une femme de journée, en train de laver le carreau d'un hall d'hôtel, qui déclarait : "Je n'ai jamais rien demandé à personne. Je suis arrivée toute seule." Elle était aussi fière de se suffire qu'un Rockefeller1. Cependant il ne faudrait pas croire que la simple juxtaposition du droit de vote2 et d'un métier soit une parfaite libération. Le travail aujourd'hui n'est pas la liberté ! ...

 

  La majorité des travailleurs sont aujourd'hui des exploités. D'autre part, la structure sociale n'a pas été profondément modifiée par l'évolution de la condition féminine ; ce monde qui a toujours appartenu aux hommes conserve encore la figure qu'ils lui ont imprimée. Il ne faut pas perdre de vue ces faits d'où la question du travail féminin tire sa complexité. Une dame importante et bien pensante a fait récemment une enquête auprès des ouvrières des usines Renault : elle affirme que celles-ci préféreraient rester au foyer plutôt de travailler à l'usine. Sans doute, elles n'accèdent à l'indépendance économique qu'au sein d'une classe économique opprimée3 ; et d'autre part les tâches accomplies à l'usine ne les dispensent pas des corvées du foyer4.  Si on leur avait proposé de choisir entre  quarante heures de travail hebdomadaire à l'usine ou dans la maison, elles auraient sans doute fourni de toutes autres réponses ; et peut-être même  accepteraient - elles allègrement le cumul5 si en tant qu'ouvrières elles s'intégraient à un monde qui serait leur monde, à l'élaboration duquel elles participeraient avec joie et orgueil.

 

  À l'heure qu'il est, sans même parler des paysannes, la majorité des femmes qui travaillent ne s'évadent pas du monde féminin traditionnel ; elles ne reçoivent pas de la société, ni de leur mari, l'aide qui leur serait nécessaire pour devenir concrètement les égales des hommes.

 

                                                      Simone de Beauvoir.  Le Deuxième sexe (1949)

 

 1. L'un des hommes les plus riches du monde.  2. Le droit de choisir celui qui la représente. 3. Privée de ses droits. 4. Ne lui évitent pas les travaux pénibles à la maison. 5.  Faire les deux emplois en même temps.

 

I- L’étude de texte.

 

Compréhension.

 

1.  D'après ce texte, le travail de la femme comporte un avantage : Précisez en quoi  consiste cet avantage ?                                                                                                                                       2 points

 

2.  Pour quelle(s) raison(s), d'après l'auteur, le travail ne libère – t – il pas vraiment la femme ?   2 .5 points

 

3.  Quel est le procédé d’écriture employé dans la phrase tracée du texte ? Expliquez ce que l’auteur veut dire à travers cette phrase.                                                                                                                    2 .5 points       

 

 

Langue.

 

1. Quelle est la différence de sens entre « liberté » et « libération »                       1 point.

                                 

2.  Relevez dans le texte deux substituts  du mot « travail»  et  expliquez  à quoi servent ces substituts.                                                                                                           2 points.

 

Essai.

 

  Simone de Beauvoir a dit dans ce texte :  « Le travail aujourd’hui n’est pas la liberté. » Êtes–vous de son avis ? Développez votre point de vue en vous appuyant sur des arguments et des exemples tirés de vos lectures ou de votre expérience personnelle.

                                                                                                                     10 points.                                                                                             

 

Correction du devoir.

 

I. Compréhension.

 

1.  D'après ce texte, le travail de la femme comporte un avantage,c’est qu’elle réalise grâce au salaire qu’elle obtient sa suffisance, son indépendance matérielle, son autonomie et surtout sa dignité et son respect :  « Je n'ai jamais rien demandé à personne. Je suis arrivée toute seule." Elle était aussi fière de se suffire qu'un Rockefeller » .   

 

2. Le travail ne libère pas vraiment la femme car tout d’abord , et comme le dit Simone de Beauvoir :  « La majorité des travailleurs sont aujourd'hui des exploités. » Ensuite, le travail en  dehors  de la maison ne dispense pas la femme de faire le ménage, ce qui dédouble sa peine et  la relègue au rang des esclaves : «  les tâches accomplies à l'usine ne les dispensent pas des corvées du foyer. »   

 

3. Le procédé est la métaphore car les femmes restent comme captives « ne s’évadent pas » malgré leur travail du monde féminin traditionnel, c’est – à – dire, tout ce  qui dicté  par les traditions et les coutumes et qui limite sa liberté …

 

Langue.

 

1. La liberté, c’est l’état d’une personne libre  alors que la libération, c’est l’action de libérer.

 

2. Les substituts : « métier…tâches » : ils permettent d’éviter la répétition et d’assurer la cohésion.                           

 

Make a free website with Yola